Osez pour réussir !

Que celui qui n’a jamais fait d’erreur me jette la première pierre !

Et oui, entreprendre c’est oser, c’est agir et donc il existe toujours un risque d’erreur, certains même penseront « risque d’échec ».
Seulement, c’est voir les choses du mauvais côté, celui de la peur et « du quand dira t-on ». C’est plus dans notre culture française de penser ainsi ? Oui. Et pourtant, de plus en plus de personnes souhaitent se mettre à leur compte, la logique entrepreneuriale commence à pousser fort ici aussi. Avec ou sans diplôme, les français envisagent plus fréquemment de monter leur business comme l’explique Olivier Roland, entrepreneur, auteur sur BFM ce mois ci.

D’ailleurs, des investisseurs étrangers viennent en France et sont plus confiants que nous sur nos capacités à innover, à créer.

Ainsi John Chambers, le patron de Cisco (numéro un mondial des réseaux Internet), a annoncé en octobre 2015 qu’il allait doubler son investissement dans les start-up françaises. « Nous comprenons les tendances de marchés. On nous a suivis lorsque nous sommes allés en Inde ou en Chine. Je pense que la France, c’est l’avenir, et que d’autres entrepreneurs suivront ».

Alors oui, OSER c’est la possibilité d’échouer MAIS C’EST SURTOUT LA POSSIBILITE DE REUSSIR.

Croyez en vous, en votre projet, en votre idée !

Parlons de la façon dont nous pouvons vous accompagner au mieux pour éviter certains obstacles et prendre du recul, monter votre stratégie de façon évolutive.
Contactez-nous sur contact@raspberryagency.com

Capture d’écran 2014-07-23 à 13.49.37

Communication gratuite pour les TPE ?

Le mythe de la communication gratuite chez les TPE est tenace.
Tout faire faire par des connaissances, prendre des conseils gratuits autour de soi pour le faire ensuite soi-même… Attention, communication, communication internet, site web ou supports papier réalisés lorsqu’on n’est pas du métier ou par des personnes différentes pour avoir les meilleurs prix, c’est s’assurer de montrer une image de marque non cohérente d’un support à l’autre et de faire amateur.

Avec le statut auto-entrepreneur ou la SARL à 1 euro, bon nombre d’entrepreneurs se sont lancés en se disant après tout, c’est gratuit et sans risque !

La vérité c’est que même quand votre entreprise c’est juste vous, vous devez prendre les codes professionnels de toutes les sociétés pour donner confiance, être légitime auprès de vos futurs clients avec une image pro pour accompagner votre discours commercial.

La vérité ? C’est que même en investissant seulement 1 euro, le risque financier est présent car il va falloir vous payer en n’oubliant pas les charges et autre TVA qui s’additionnent.

L’entrepreunariat c’est être conscient des risques pour les maîtriser et réduire la part d’inconnu.
A un moment donné, il faudra toujours sauter dans le vide.

Surmonter les obstacles à la création

Un très bon article de Léo Babauta traduit par Olivier Roland qui sent le vécu, nous permet de nous sentir compris et qui nous donne des perspectives.

« Chaque jour je lutte contre les obstacles à l’écriture, et chaque jour je perds cette lutte… Mais ensuite je gagne.

Je perds plus souvent que je ne gagne, mais je gagne tous les jours. Et c’est ce qui compte. Parce que nous ne pouvons pas arriver à nous débarrasser de cette résistance à la création – que ce soit en créant de l’art, en lançant une entreprise, ou en écrivant. »

Lire la suite: http://www.habitudes-zen.fr/2016/surmonter-les-10-plus-grands-obstacles-a-la-creation/#ixzz42TwavcPD

Pas de décision = stagnation

En temps qu’entrepreneur, nous avons tous les jours des tiraillements et des questionnements.

Si certaines problématiques méritent une réflexion longue car elles touchent à nos stratégies : commerciales, communication ou ressources humaines; il est possible de prendre des décisions rapides sur de nombreux sujets avec une méthode infaillible.

Souvent, ce qui empêche un manager ou un chef d’entreprise de prendre une décision rapide, c’est un besoin de perfection : « tant que je n’ai pas tous les tenants et les aboutissants, je dois attendre… »

Ce qui revient aussi c’est un manque de temps qui fait qu’on privilégie d’abord l’opérationnel…

 

Partez du principe qu’à l’impossible nul n’est tenu, d’une part.

D’autre part, la décision parfaite n’existe pas. C’est un angle, un point de vue qui va faire avancer l’entreprise. Ne pas prendre de décision mène à la stagnation et c’est pire.

Dans notre société, il faut aller de l’avant, rester en mouvement, se montrer, proposer de nouveaux services souvent, se remettre en question régulièrement. Et puis plus on essaie, et plus on a des chances de réussir ;-)

Alors décidez ! Faites une première chose dès aujourd’hui et vous rentrerez dans le cercle vertueux de l’action.

S’il y a des résistances, n’hésitez pas à travailler avec un coach ou un consultant pendant quelques séances pour faire sauter les derniers verrous.
Je suis à votre disposition pour travailler sur le management de soi, le management d’équipe ou le management de projet au 09.83.44.21.84 ou sur delphine@raspberryagency.com

Les questions pour garder le contrôle au travail

Voici un superbe mind mapping qui résume, en français une fois n’est pas coutume, les questions à se poser, les habitudes à créer et la gestion du temps à retrouver pour garder le contrôle de sa vie professionnelle… et surtout rester dans une démarche d’amélioration constante.

Alors si vous n’arrivez pas à tout appliquer aujourd’hui ce n’est pas grave. Par quoi commencez-vous ?questions de contrôle

Moi aujourd’hui pour gérer mes mails, je me suis imposer 3 moments choisis de ma journée pour les regarder. Entre-temps, j’ai pu enfin faire un benchmark sur les e-formations… Je vous en reparlerai.

A très vite.

Et surtout n’hésitez pas à l’imprimer et à le punaiser au mur de votre bureau.

Etre orienté solution

Souvent on focalise sur le problème ce qui le rend encore plus présent et ne nous permet pas de prendre assez de recul.
Si nous focalisons sur la solution à apporter, ce n’est pas que nous ne regardons plus le problème mais nous prenons plus de champ et le résultat est forcément plus puissant.

Je peux vous accompagner dans la résolution de vos problèmes et la clarification de vos objectifs. N’hésitez pas à me contacter sur contact@raspberryagency.com

Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent

Je vous propose un résumé en français de Véronique Laborde, du fameux livre américain « The 7 habits of highly effective people », écrit par le spécialiste en management et ancien conseiller de Bill Clinton, Stephen Covey.

Les 3 premières attitudes dépendent d’abord et uniquement de nous et engendreront les suivantes de façon constructive :
Habitude 1 : Etre proactif
Habitude 2 : Sachez dès le départ où vous voulez aller
Habitude 3 : Donnez la priorité aux priorités

Ensuite, c’est une démarche à avoir avec nos relations :
Habitude 4 : Pensez gagnant/gagnant
Habitude 5 : Cherchez tout d’abord à comprendre, ensuite à être compris
Habitude 6 : Profitez de la synergie
Habitude 7 : Aiguisez vos facultés

Pour aller plus loin, lire le résumé sur Action Coaching.

Parité chez les petits entrepreneurs ?

Malgré des mesures mises en place sur les disparités entre hommes et femmes à l’échelle mondiale depuis 9 ans, le nouveau rapport du Forum Economique Mondial ne montre qu’une légère amélioration de l’égalité en faveur des femmes sur le lieu de travail.

A lire dans le détail depuis leur site :

http://www3.weforum.org/docs/Media/French_Gender%20Gap_Final.pdf

ROSE

Qu’en est-il de la politique de mixité chez les petits entrepreneurs ?
Est-ce une question qui se pose réellement pour les entreprises de moins de 50 salariés ?

Bien sûr, il y a un nombre d’entrepreneuses moindre que d’entrepreneurs au départ, et ensuite ?
Dans notre réseau Cyberelles, par exemple, une majorité des entrepreneuses, qui ont de petites équipes comme moi, semblent choisir leurs collaborateurs sur leurs compétences et pas sur leur genre. Et vous ?

Qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à ajouter votre commentaire. Bien sûr la mixité ce n’est pas que le rapport homme/femme, mais pour l’heure je vous propose d’échanger sur ce premier aspect. Le débat est ouvert !

Optimiser son temps : la méthode « tomate » ou « Pomodoro »

A fortiori, pour les entrepreneurs la gestion du temps est le nerf de leur business et de leur mental.

Et oui, si on se sent toujours débordé, avec les actions nouvelles qui chassent les anciennes sans jamais prendre de pause, on risque le surmenage ou le découragement. Or, préserver sa santé pour garder un mental en béton armé fait partie des impératifs des entrepreneurs.

Il existe sur le marché de la formation de nombreux modules sur la gestion du temps et de nombreux tests en ligne, de qualité inégale, peuvent être passés gratuitement pour connaître son profil de gestionnaire du temps. Mais une méthode simple peut s’appliquer à tous et lorsque les réflexes seront acquis, vous pourrez en garder la philosophie et l’adapter.

Alors, le mieux est de prendre 2 minutes 23 secondes et de regarder la vidéo officielle de la méthode « Pomodoro ».

Pourquoi ?

  • Parce que travailler avec la notion du temps et pas contre elle vous rendra plus efficace.
  • Pour éviter le surmenage et vous octroyer de courtes pauses.
  • Pour maîtriser vos idées parasites.
  • Pour créer un meilleur équilibre entre vie pro et vie privée.

A regarder ici : http://pomodorotechnique.com

CThe Pomodoro Technique

En résumé

1 « Pomodoro » est une période de 25 minutes.

Il faut entre chaque « Pomodoro » se ménager une courte pause de 3 à 5 minutes (profitez-en pour regarder vos mails mais vous arrêtez dès que le timer retentit).

Au bout de 5 « Pomodoro », prévoyez une pause plus longue de 15 minutes.

Vous n’êtes pas obligés de finir un « Pomodoro » si la tâche a été rapidement exécutée mais vous devez faire une courte pause avant le « Pomodoro » suivant.

La méthode « Pomodoro » s’appuie sur 6 objectifs :

  1. Définissez le nombre de tâches/actions que vous avez à effectuer dans votre journée et déterminez le nombre de « Pomodoro » dont vous aurez besoin par tâche à accomplir.
  2. Démarrez une tâche en mettant le timer (25 minutes) et ne vous laissez pas parasiter par une autre tâche, par des interruptions. Vous « protégez » votre « Pomodoro ».
  3. Affinez le nombre de « Pomodoro » par tâche dont vous aurez besoin après un test.
  4. Utilisez tout le temps de votre « Pomodoro », pas seulement pour exécuter la tâche mais avant, pour récapituler ce que vous avez à faire, les résultats attendus. Puis, gardez-vous du temps pour faire une synthèse du travail déjà accompli et estimer s’il vous faudra un autre « Pomodoro » de suite ou plus tard pour finir cette tâche.
  5. Répartissez vos « Pomodoro » par demi-journée selon que vous soyez du matin ou de l’après-midi, en fonction des saisons, de la difficulté… Cela vous permettra de vous créer plus d’espaces libres.
  6. Après avoir rempli vos tâches professionnelles dans l’ordre que vous aviez défini, gardez-vous un objectif personnel.

Le temps deviendra votre ami.
Vous serez plus efficace.

Envoyez-moi un message, dites moi comment ça s’est passé pour vous.

Qu’est-ce que l’exemplarité managériale ?

Evidemment un manager doit montrer l’exemple à ses collaborateurs pour les motiver.

Mais concrètement, ça veut dire quoi ?

  • Respecter les lois et les règlements que ses collaborateurs doivent appliquer est le minimum.
  • Adopter un comportement socialement responsable apporte deux avantages : plus de savoir vivre crée une meilleure ambiance de travail et le développement d’une relation de confiance.
  • Etre un modèle dans le travail sur ses propres objectifs de manager.
  • Avoir une éthique de réciprocité : ne pas faire aux autres ce qu’on ne voudrait pas qu’on nous fasse, et surtout, en tant que manager, chef d’entreprise ou dirigeant : « Faire aux autres ce qu’on voudrait qu’on nous fasse », comme le respect.
  • Prendre du recul et savoir se remettre en cause : auto-critique régulière, maîtrise de ses émotions, accessibilité, empathie.
  • Relayer l’information : faire des points réguliers avec ses collaborateurs est primordial pour l’implication et aussi pour sentir l’ambiance, remonter les infos de sa propre hiérarchie mais aussi faire des retours sur ce qui ne va pas pour être dans une démarche d’amélioration constante.
  • Enfin faire ce qu’on dit : par exemple, à la fin de chaque réunion il nous faut un compte-rendu ? Alors désignez celui qui l’écrira et vérifier 48H plus tard que cela a été fait.

PUZZLES

Comment développer certaines de ces capacités pour un manager ?

Prendre du recul n’est pas toujours chose facile quand on est soi-même entre l’enclume et le marteau. Il faut rendre des comptes à ses supérieurs et donner le change à ses collaborateurs qui ne se rendent, parfois, pas compte des enjeux. Ça peut « énerver ». 
Un jour un patron a dit à son équipe « vous êtes une bande d’enfants gâtés ». Il avait raison. Par contre, la façon dont il l’a dit et surtout, le ton sur lequel il l’a dit, n’est pas passé et l’équipe n’a pas compris.
La programmation neuro-linguistique (PNL) est un outil de communication précieux pour prendre du recul, se fixer des objectifs clairs à atteindre et donner des messages constructifs qui peuvent être compris par la plupart. Cette technique peut être transmise dans le cadre de formation individuelle ou collective, pour une équipe spécifique avec ou sans le manager. Pour le manager, un coaching personnalisé peut être envisagé.
Pour développer une démarche d’amélioration constante, les outils de Lean Management sont idéaux. Ils fonctionnent aussi bien pour le monde industriel que pour le tertiaire avec des aménagements que j’ai testé et développé.
Contactez-moi pour en savoir plus au 06 62 03 76 28 ou sur contact@raspberryagency.com